Paris here we come!

Je prends l’avion en direction de Paris avec mon ami le dimanche 11 mars 2018 afin de faire un tour au Mondial du Tatouage au Parc de la Villette et voir le spectacle de Bun Hay Mean au théâtre l’Européen le soir. Je reçois un message de Capucine me demandant de venir 1h plus tôt le lendemain matin.

Une journée de rêve

Le grand jour est arrivé ! Lundi 12 mars, rendez-vous à 11h au studio d’Epinay-sur-Seine.
Je rencontre mon équipe de choc dans la salle d’attente des candidats (Manon, Romain, Frédérique, Jérémy, Pauline, Daniel, Séverine, Carmélina et Claude) et j’apprends que mon binôme sera Séverine.

Capucine me demande de signer le document pour les droits à l’image et nous enchaînons directement avec les explications pour la cuisine et le matériel. L’ingénieur du son m’installe un micro et je passe en interview avec Camille qui vient d’arriver. Nous déjeunons sous la tente avec toute l’équipe dans une bonne ambiance. Puis 2h d’attente afin de passer à l’épreuve 2, ce moment durant lequel j’ai pu faire de plus amples connaissances avec les candidats et de me réciter ma recette.

Dans les cuisines

Mon tour arrive enfin et le stress monte assez vite lorsque rien ne fonctionne comme je l’espérais !
Problème avec les balances, puis je n’arrive pas à obtenir de l’eau froide dans le robinet pour la gélatine, les plaques de cuissons ne veulent pas s’allumer, j’oublie de mettre les gousses de vanille dans ma crème mais heureusement que j’ai vite rattrapé à la fin de la cuisson.

Camille me pose des questions pendant toute l’épreuve et j’essaie de rester concentrée sur ma recette, complètement obsédée par le temps car il n’y a aucune montre pour nous indiquer l’heure.

Les deux ganaches prennent lentement au froid et ne montent pas au batteur. J’ai tout de même rempli celui au sésame à la louche dans le moule et mis en cellule froide.
Je découpe les litchis sans enlever la fine pellicule du noyau.
Puis Frédéric Bau arrive et je lui explique que ma ganache ne monte pas car elle n’est pas assez froide. Il m’aide en utilisant un spray refroidissant et ça fonctionne ! Quel soulagement !
Je mets enfin entièrement mon entremet dans la cellule froide.

Je nettoie mon plan de travail, prépare le croquant au sésame et le matériel pour la décoration.
Puis survient une longue attente (environ 25 min.) durant laquelle Camille me demande de danser, de chanter, de siffler en nettoyant, d’être zen ou faire des étirements de krav maga. Je propose mon aide à Séverine à plusieurs reprises, mais elle me dit que c’est bon.

Mes entremets sont bien congelés ! Je suis soulagée que ça a prit. Je les démoule, réalise le dégradé de noir et blanc à l’aide des sprays effet velours, les pose sur les croquants au sésame et le plateau, pose les feuilles d’or et cloche. Terminé, je réalise que j’ai réussi à tout finir à temps et que le rendu est celui que j’attendais.

Le caméraman prend mon plateau pour le plan des entremets tournant. Quand je le récupère, je vois qu’il y a deux des entremets d’abîmés et on me dit que rien n’a été touché.

Camille me demande d’aller en salle d’interview afin de commenter la dégustation de Séverine depuis un écran. Elle n’a malheureusement pas terminé ses gâteaux à temps et les a mis dans des verrines.

Les avis des chefs

Puis vient mon tour pour la dégustation. J’ai le trac et j’espère que les chefs aimeront mes gâteaux modifiés, mais je reste confiante. Les chefs n’ont rien à redire au début et apprécient.

Les points positifs : j’ai mis plus de sésame et de litchi, c’est peu sucré, le dégradé est joli et Cyril Lignac va même s’en inspirer pour ses pâtisseries !
Les points négatifs : le poudrage est un peu craquelé et il aurait fallu mettre un peu plus de sésame dans le croquant afin de moins sentir le sucre du caramel.

J’enchaîne une interview avec Camille.

Puis retour dans la cuisine avec Séverine pour le verdict. Je suis confiante mais Frédéric Bau nous met le doute. Les chefs nous annoncent que je suis finaliste et mon cœur explose de joie !

La grande finale régionale

Je rejoins les autres finalistes (Manon, Jérémy, Daniel, Carmélina et Claude) et nous attendons la dégustation de Sébastien Bouillet, un grand chef de Lyon.

L’écran dans lequel nous devons suivre la dégustation ne fonctionne pas, nous discutons alors avec Cyril Lignac et Frédéric Bau, cela me permet d’avoir un vrai échange avec eux et ils sont vraiment très sympathiques.

Lorsque l’écran fonctionne, nous commentons ce que nous voyons. Le verdict tombe, Sébastien Bouillet choisi l’entremet de Claude et il devient l’heureux gagnant du concours pour notre région !

Je remercie chaque personne sur le plateau, prends quelques photos avec les chefs et passe en interview avec Camille pendant 30 min.

Je rejoins mon ami vers 21h30 et nous partons manger à l’hôtel.

Merci, sincèrement

Un grand Merci à Camille (alias notre Bruce Wayne du 92) d’avoir cru en moi et d’avoir été présent tout au long de cette aventure. Une personne attachante et pleine d’humour que je n’oublierai jamais.
Y compris la dream team : les journalistes Julia, Capucine, Antoine, Manue, Maya, Jade et d’autres personnes de la production qui ont fait un travail remarquable et ont été adorables. C’était un vrai plaisir !
Merci au chef Benoît Couvrand de m’avoir sélectionné lors du casting, aux chefs Cyril Lignac et Frédéric Bau pour leurs conseils durant ce concours.
Merci à toutes les personnes qui m’ont conseillé, accompagné, aidé à filmer et accepté d’être filmé pour mon portait.
J’ai fait de belles rencontres avec des personnes talentueuses et humbles.

Cette expérience était pour moi un challenge personnel pour me prouver que je pouvais jouer sur les deux tableaux (cake design et pâtisserie française), d’avoir des avis professionnels et de m’avoir permis de faire toutes ces rencontres. Je suis repartie grandie et pleine de souvenirs.

Une partie de mon équipe au studio de tournage
Avec les chefs Cyril Lignac et Frédéric Bau, après la finale
Mon “Sésame, ouvre-toi” en pièces individuelles

YouTube

Si vous souhaitez voir ou revoir mon passage lors du concours :